Le Blog​

G20 YEA : 5 propositions émanant de l’Entreprise en faveur de la croissance

Réunis à la fin de l’été à Istanbul pour réfléchir aux axes de développement de l’emploi et de la croissance, les entrepreneurs invités au G20YEA publient leurs conclusions. En ligne de mire, 5 recommandations concrètes, issues du monde de l’entreprise, présentées le 10 décembre 2016, au Ministère de l’Economie et des Finances, en présence de Monsieur Macron. Invité à rejoindre les 35 entrepreneurs de la délégation française, Jonathan Vidor, Président Fondateur de JVWEB, revient sur ces propositions, réparties autour de 5 axes.
 

Proposition n°1 : refondre en profondeur le droit du travail

Issus de structures et de culture d’entreprise hétérogènes, les représentants français au G20YEA ont pourtant pour point commun d’être des créateurs d’emploi. Pour preuve, pas moins de 975 postes ont été proposés en 2015. Autant sont prévus pour 2016.  Pour de tels résultats, le collectif propose d’assouplir la loi relative aux contrats de travail afin de favoriser le dialogue social. L’une des mesures phares est, par exemple, de privilégier les accords d’entreprise, sources de flexibilité.
 

Proposition n°2 : Simplifier le Code du Travail

Là encore, avec une volonté affichée de dynamiser le tissu social, la délégation met l’accent sur la nécessité de simplifier les textes de loi encadrant le marché du travail. En allégeant le Code du Travail, sur le modèle Suisse ; en substituant une loi à une autre, plutôt que les compiler ; en anticipant une évolution, déjà amorcée, du statut d’auto-entrepreneur et d’indépendant, régit par un contrat unique et simple.
 

Proposition n°3 : Concevoir un environnement fiscal et règlementaire propice à la croissance

Corollaire du manque de flexibilité à l’emploi, la fiscalité mérite d’être rénovée afin de faire face à une concurrence mondiale. Ainsi, les entrepreneurs proposent de réduire la fiscalité sur le droit du travail, limiter la fiscalisation des recrutements de jeunes actifs, créer un « Crédit d’impôts Fonds Propres » et harmoniser la TVA sur la zone Euro.
 

Proposition n°4 : Adapter l’enseignement à la formation

Et ce, afin de répondre à 3 objectifs que sont le développement de la culture entrepreneuriale, la mondialisation et l’adaptation des compétences aux besoins de l’entreprise. Pour y parvenir, une série de mesures visant à revaloriser le statut d’entrepreneur et développer l’esprit d’entreprise est déclinée autour du monde éducatif mais aussi au sein de l’entreprise.
 

Proposition n°5 : Réaffecter une partie de l’épargne  vers des « Fonds de pension à la française »

Puiser dans les ressources de l’épargne, salariale, notamment afin de financer l’économie réelle, serait un levier pour faciliter aux entreprises l’accès à des capitaux de longs termes. La création de « fonds de pension à la française » serait le garant de certains principes de gestion.
 

Des premières retombées encourageantes…

Présentées au Gouvernement Turc, dans le cadre d’une mission de collaboration entre le B20 et le G20YEA, certaines de ces propositions ont, d’ores et déjà, retenu l’attention des dirigeants. Lors de cette rencontre, trois axes majeurs ont été soulignés : le respect des engagements pris, la nécessite de soutenir l’investissement pour assurer la croissance ainsi que la promotion de « l’inclusivité ».
A l’issue de cette présentation, le G20 a annoncé un objectif de réduction du taux de chômage des jeunes de 15%. Pour y parvenir, l’organisation souligne la nécessité de promouvoir l’entreprenariat, vecteur de renouveau du marché de l’emploi, mais aussi la nécessité d’investir dans des structures qualitatives et alternatives, à même de soutenir le développement des PME.
La présidence turque du B20 a validé les 7 propositions suivantes :

  • Renforcer l’enseignement et la formation autour de l’entreprenariat
  • Initier le développement d’un visa entrepreneurial
  • Réévaluer les politiques fiscales pour les PME en croissance
  • Développer des infrastructures numériques
  • Affirmer des principes de transparence et de stabilité juridique
  • Promouvoir la culture entrepreneuriale
  • Soutenir les collaborations entre les grands comptes et les entrepreneurs

Prochaine étape pour convaincre, Shanghai !
Vous avez des idées, partagez-les avec nous 😉