Si la recherche de mots-clés à fort potentiel est un art pour les référenceurs aguerris, peu d’entre nous suivent la parfaite méthode. Une étude annonçait récemment que 66% des experts en référencement trouvaient cette tâche fastidieuse, 44% s’y prêtent lorsqu’ils y sont contraints… Pourtant, le choix des requêtes reste un élément central pour être indexé au bon moment, à la bonne position. Face à tant de désamour, l’équipe JVWEB a décidé de lister, non pas les meilleures pratiques pour identifier ses requêtes, mais bien les pires… Top 10 de ce que vous ne devez plus faire. Promis ?!

#1. Outrepasser l’intention de recherche

Nous n’avons de cesse de le répéter, l’intention du visiteur est au cœur de sa recherche, c’est elle qui la guide ; et ce jusqu’à obtention d’une réponse cohérente. Il est donc essentiel d’orienter votre recherche de mots-clés sur cette intention : que cherche votre lecteur ? Et surtout, comme allez-vous lui apporter, par votre contenu, la bonne réponse, au bon moment. Imaginons que vous cibliez la requête « basket paris ». Votre visiteur cherche-t-il un lieu pour jouer au ballon ou bien une boutique de sneakers ?! Pour trancher, rattachez-vous à votre objectif : probablement vendre des baskets…

#2. Délaissez les résultats réels

Evidemment, de nombreux outils SEO sont disponibles pour vous aiguiller dans votre recherche de mots-clés. S’ils sont nécessaires, sont-ils suffisants ? Et bien, pas toujours. Afin de comprendre au mieux l’intention, mais aussi, détecter une possible faille où s’introduire, il est intéressant de prendre le temps de regarder les SERP réels. Il n’est pas rare que Google, face à une requête trop vague, indexe un contenu mal adapté. Repérez ces mots-clés ambigus et proposez un contenu en conséquence.

#3. Se focaliser uniquement sur les volumes de recherches

Tout bon SEO cherche à drainer du trafic, vite et bien. Ce qui induit, notamment, de cibler des mots-clés à fort volume de recherche. Pour autant, s’agit-il des requêtes les mieux adaptées à votre entreprise ? Se positionner sur ces requêtes généralement larges et fortement concurrentielles n’est pas toujours la meilleure stratégie, notamment en termes de ROI de votre SEO. Parfois, mieux vaut cibler des requêtes moins prometteuses sur le papier, mais plus efficaces en termes de conversion.

#4. Négligez les requêtes de longue traîne

Suite logique du point précédent, cibler uniquement les mots clés à fort volume vous amène à négliger la longue traîne, généralement moins massive en termes de volume. Pourtant, opter pour des requêtes de longue traine, c’est être au plus près de l’intention de recherches, faire face à moins de concurrence et opter pour un ciblage beaucoup plus fin, bien plus simple à traiter en matière de contenu. En ciblant des requêtes plus qualifiées, vous réduisez le trafic mal dirigé, au profit d’internautes plus avancés dans leur parcours d’achat.

#5. Oubliez l’humain derrière son clavier

Les consommateurs cherchent comme ils s’expriment. Un constat qui semble logique et tend à se renforcer avec le SEO vocal. Pour autant, ce facteur est souvent mis de côté lorsque vient l’heure de dresser ses listes de mots-clés. Si les outils SEO sont précieux pour enrichir vos déclinaisons de requêtes et faire le tri, parler à de vraies personnes l’est tout autant pour formuler votre base. Utilisation d’un terme inexact, mais répandu, expression, formulation, questions, problèmes, créez un petit focus groupe et prenez le temps de les interroger sur leur façon d’appréhender votre produit / service.

#6. Rédiger d’abord, réfléchir ensuite…

Il n’est pas rare de croiser des entrepreneurs, qui une fois leur site en ligne, voire après quelques essais infructueux, nous demander de faire du SEO. Or, la base, même toute fraîche, est souvent déjà bien corrompue car non structurée. En toute logique, la recherche de mots clés doit s’effectuer en amont de toutes vos actions. Référencement, stratégie de contenu, netlinking, tout repose sur le choix des mots clés. Ne pas les lister en amont de la conception, c’est un peu comme prendre la route sans savoir où aller, puis, soudain décider de se rendre à l’opposé de votre direction. C’est jouable, mais c’est plus long !

#7. Étaler votre dictionnaire des synonymes

Plus le temps passe, plus Google est en mesure d’interpréter l’intention de recherche (encore elle !) grâce au traitement naturel du langage (coucou BERT !) et des entités associées. Il n’est donc plus nécessaire gaver vos contenus de requêtes, assorties de leurs déclinaisons afin que Google en saisisse le sens. Par exemple, si vous tenez un bar restaurant, il est inutile de préciser les occurrences bières, vins, verres et autres cacahuètes pour que Google vous identifie comme tel.

#8. Viser trop loin…

Si votre commerce est présent en local, ou dispose de points de vente sectorisés, négligez la localisation dans votre liste de mots-clés vous prive d’un véritable potentiel. Il va sans dire que toutes les requêtes ne finissent pas en achat sur internet, nombre de consommateurs cherchent une information de proximité. Si votre bar à vins est implanté à Paris, dans le 11ème arrondissement, vous aurez d’autant plus de chances de convertir sur cette requête riquiqui que sur « bar à vins cool », bien trop large et non localisée.

#9. Parler uniquement de vous…

Vous avez construit votre cocon sémantique avec application et décliner en contenus avec plus ou moins d’intérêt, toutes vos requêtes cibles. Bravo ! Pour autant, combien de vos contenus ont un véritable sens pour l’utilisateur ? Combien génèrent de l’engagement auprès des lecteurs ? Voyez plus large, prenez de la hauteur et proposez des sujets en lien avec votre thématique, sans tomber dans d’infinies répétitions…

#10. Sous-estimer la difficulté d’un mot-clé

Généralement, les entreprises connaissent leurs concurrents, en matière de vente… Ce ne sont pas nécessairement les mêmes qui vont s’accrocher aux premières places que vous visez. Imaginons que vous vendiez des voyages, il est possible que des blogs travel soient bien mieux positionnés qu’une agence de voyage concurrente. Vous devez intégrer ce paramètre dans le choix de vos mots clés. De même, pensez à évaluer votre propre potentiel pour atteindre une requête cible. Un expert reconnu sur une thématique aura nettement plus de facilité à se positionner qu’un site tout beau tout neuf !

Vous avez certains de ces travers ? Vous hésitez sur la bonne stratégie SEO à adopter ? Contactez JVWEB pour démêler le vrai du faux !