Le Blog​

SEO : structurer son arborescence pour une meilleure indexation

Au cœur du processus de référencement, une arborescence structurée permet de définir un socle SEO solide. En jeu, la lisibilité des url mais aussi l’accès simplifié aux pages de destination par le moteur de recherche Google ou la base de conception d’un cocon sémantique. Pour vous aider à y voir plus clair sur cette technique SEO, voici les étapes pour poser de solides fondations, favorables à une bonne indexation.

Une arborescence structurée, quels intérêts ?

Si les intentions de départ sont souvent bonnes, nombre de sites construisent au fil du temps et des enrichissements une arborescence des plus complexes. Pourtant, il suffit d’un peu de méthode pour définir une arborescence lisible.
Essentiel, cet exercice offre bien des avantages aux éditeurs qui s’y prêtent :

  • Une meilleure expérience utilisateur : trouver sans chercher est toujours agréable…
  • Un taux de rebond revu à la baisse : l’on quitte souvent un site qui semble confus
  • L’ajout d’un sitelink dans les SERP: une structure claire pour l’internaute le sera aussi pour Google qui saura isoler pages principale et secondaires et les présenter ainsi à vos visiteurs. Un avantage de taille pour la visibilité, la navigation et le taux de clics.
  • Un passage facilité des crawlers : plus la structure est claire, plus Googlebot va loin et indexe le contenu lié…

Vous l’aurez compris, une arborescence correctement structurée ouvre la voie du SEO puisque chacun de ces facteurs pèse individuellement sur le référencement naturel. La structure de votre arborescence pose les fondations de votre site. Si celle-ci est négligée, le reste risque de n’être que château de cartes !

Arborescence SEO : les préparatifs !

Qu’il s’agisse d’une conception ou d’une refonte de site : prenez le temps de réfléchir avant d’agir. D’autant plus, si vous devez mixer existant et nouvelles pages…

Etape 1 : posez votre arborescence sur le papier.

Hiérarchisez vos pages parents, enfants et petits enfants. Partez évidemment de la home, puis descendez par catégories thématiques et sous-thématiques. Si l’une d’entre elles entre dans deux catégories, c’est que le découpage n’est pas optimal ! Pour une structure équilibrée, n’excédez pas 7 catégories principales et tentez d’équilibrer la profondeur de vos sous-catégories. Une fois posée, faites valider votre logique par un cerveau contradictoire au vôtre…

Etape 2 : translatez votre hiérarchie en structure d’url

Utilisez vos pages hiérarchisées pour construire, dans un simple fichier excel, votre structure d’url. Soyez simple et intégrez les mots clés phares.
Une url logique et relativement courte est construite sur le modèle suivant : monsite.com/catégorie/sous-catégorie.
Par exemple, pour un site sur Paris : monparis.com/monuments/ tour-eiffel

Arborescence SEO : passez à la conception !

Au moment de déployer votre arborescence, restez aussi rigoureux. Le vrai défi est de tenir la cohérence de sa structure dans le temps. Notre premier conseil : privilégiez le HTML ou le CSS pour votre navigation. L’Ajax ou le JS parasitent le passage des moteurs et risquent d’induire sur vos performances.
Lorsque vous étendrez l’arborescence construite plus tôt, pensez à limiter sa profondeur. Plus le nombre de clics sera faible, plus vous serez performants, auprès des visiteurs comme des robots.
Enfin, travaillez attentivement votre maillage interne. A ne pas négliger, les liens internes facilitent la navigation pour le visiteur (et donc, augmentent la durée de visite), contribuent à la hiérarchisation de l’information au sein du site et aident à la propagation du juice de la page. Il est conseillé de les créer manuellement pour plus de pertinence. Pensez également à vérifier régulièrement que vos contenus ne drainent pas des liens morts.
Recevez nos conseils SEO chaque semaine avec la newsletter JVWEB…