The head
12,2%
Valuable stuff
74,7%

Blog e-marketing

RSS

Google Analytics disponible sur IOS : jamais sans mes stats !

google-analytics-ios2

Que les adeptes d’Iphone et autres déclinaisons I-Mobiles se réjouissent. L’application Google Analytics est enfin disponible sur iTunes. Une version dédiée à l’IOS, mise en ligne plus de deux ans après la version Android. Gratuite, l’appli Google Analytics vous offre une vue directe sur les indicateurs de performance de votre site web. Visite guidée.

 

Google Analytics iOS : les webmasters en rêvaient, Google l’a fait…

Dans la lignée de l’application Google Express ou YouTube Creator, Google poursuit sa conquête de l’univers mobile en proposant, cette fois, l’application qui devrait rencontrer le plus de succès auprès des éditeurs de site : Google Analytics.

Disponible gratuitement sur iTunes, l’application Google Analytics mobile propose des fonctionnalités équivalentes à la version Android. Compatible iOS 6.0 et version postérieure, cette application vous ouvre les portes des statistiques depuis votre iphone, ipad, ipod et autres tablettes et mobiles siglées Apple.

Google Analytics iOS, vos statistiques Google en temps réel

google-analytics-ios

Dotée d’un design clair et ergonomique, cette application s’articule autour de tableaux de bord reprenant les principales informations statistiques de votre site web. Après avoir connecté un ou plusieurs comptes, vous pouvez  facilement consulter les informations accessibles habituellement depuis votre ordinateur. Audience, comportement, données démographiques, tout peut être affiché par date ou support.

Toutefois, le véritable point fort de Google Analytics pour iOS est, sans aucun doute, la vue offerte en temps réel. D’un simple clic, vous visualisez le nombre de visites, les metrics autour de l’acquisition, le nombre de pages vues, les conversions ou encore les tranches horaires où votre site est le plus fréquenté. Bref, l’essentiel !

Détenteurs de l’iOS, Google Analytics est téléchargeable dès aujourd’hui ! Une appli indispensable pour surveiller votre business, même depuis la plage !

Images : http://www.google.com/analytics/mobile/

7 étapes pour diversifier vos campagnes Adwords au clic

Google Adwords Remarketing

Comme souvent, en matière de campagne Adwords, la règle des 80/20 s’applique : 80% du trafic, issu de 20% des mots clés… Soit, un potentiel de développement assez vaste, ainsi qu’une base solide sur laquelle s’appuyer. Afin d’optimiser les performances de vos liens sponsorisés, une seule tactique : tester ! Notre méthode pour dénicher les pépites, qui boosteront votre trafic.

Etape 1 : Travaillez votre socle de mots clés

Commencez par vous appuyer sur du concret : vos 20% de mots clés qui performent. Analysez avec précision les groupes et campagnes auxquels ils se rattachent et menez une veille active. La bonne idée pour optimiser ce segment : décliner les correspondances de vos requêtes larges qui fonctionnent, en requêtes exactes.  Ainsi, vous optimiserez le coût, tout en reprenant le contrôle de votre trafic. Pour cela, consultez régulièrement vos keywords et enrichissez votre liste au fil des semaines.

Etape 2 : Lancez des phases de test

Elles sont indispensables pour diversifier vos campagnes Adwords et maintenir votre quality score. Afin que vos tests n’affectent pas les performances du compte, nous vous recommandons  de procéder à vos tests dans des campagnes dédiées, isolées de vos campagnes principales. Afin de mesurer les performances, créez des rapports segmentés, qui ne portent que sur votre expérimentation. Pour éviter les mauvaises surprises, pensez à prévoir également un budget réservé exclusivement aux tests.

Etape 3 : Ouvrez le champ des possibles

Nombre de e-commerçants concentrent leurs campagnes de liens sponsorisés sur le cœur de leur activité. Souvent, le choix est pertinent et justement fait écho aux fameux 20% de mots clés générateur de trafic. Toutefois, il existe parfois des opportunités mal exploitées, comme les produits complémentaires. Réfléchissez, quelles sont vos ouvertures ?

Etape 4 : Elargissez votre zone de promotion

Procéder à un ciblage par emplacement géographique est une optimisation judicieuse. Mais qui peut aussi, parfois, se révéler limitative. Si votre activité s’y prête, partir à la conquête de nouveaux marchés est un axe de diversification important. Ainsi, pourquoi ne pas tester une zone géographique plus large, ou même totalement ignorée ? De même, il est parfois intéressant de constater les performances générées par l’ajustement du créneau horaire.

Etape 5 : Piochez dans les leviers proposés par Google

Jusqu’ici, vous limitiez votre campagne à l’affichage sur les réseaux Display & Search de Google. Pourquoi ne pas tenter l’aventure sur d’autres supports. Google Shopping, Google My Business, You Tube, Gmail Sponsored Promotion, réseau mobile… Les innovations ne manquent pas pour aller chercher du trafic sur d’autres canaux, où la concurrence est souvent moins présente. De même, les CPC sont parfois bien plus intéressants en raison du nombre d’annonceurs limités.

Etape 6 : Variez les formats d’annonce

Dans le même esprit, pensez à diversifier vos supports. Annonce texte sur le moteur de recherche, vidéo sur YouTube, bannière sur le réseau Display, encart dynamique via Google Shopping… Là encore, les possibilités sont nombreuses et méritent d’être expérimentées. Pour des résultats probants, un peu de créativité et un travail de ciblage sont incontournables !

Etape 7 : Simplifiez le testing de vos campagnes Adwords

Ces différents tests vont nécessiter une analyse approfondie des résultats afin d’optimiser vos campagnes de liens sponsorisés. Afin de vous faciliter la tâche, optez pour les bons outils ! Commencez par relier votre compte Adwords aux différents produits Google, ainsi qu’à votre compte Analytics. Enfin, ne sous estimez pas l’usage de Google Webmaster Tools, riche d’enseignements. Un tableur excel solide est également recommandé !

JVWEB, spécialiste Google Adwords, depuis plus de 10 ans peut vous aider à diversifier vos campagnes de liens sponsorisés. Contactez l’un de nos experts !

TIPS JVWEB : La vidéo, au service du référencement naturel

Présent au SMX 2014, JVWEB revient sur les contenus développés lors cet événement majeur du SEO. Aujourd’hui, zoom sur la conférence tenue par Julien Thomas et Renan Guichard, autour d’un thème plein d’avenir : comment utiliser la vidéo pour booster son référencement. En bref, les grands axes à retenir.

Tips 1 : Comment avoir sa vignette vidéo sur Google ?

Thumbnails Miniatures video Youtube

Imparable, la vignette vidéo est l’accessoire qui attire le regard, et donc le chaland. Pour tenter votre chance et voir votre carré magique apparaître sur le moteur de recherche Google, commencez par fournir les informations indispensables aux crawlers. Pour cela, renseignez :

  • Schema.org,
  • Video sitemap
  • Open graph Tags.

Sur cette base, Google va alors décider, ou non, de vous octroyer une vignette vidéo. Pour cela, un critère phare, en phase avec la politique de contenu : la pertinence de la vidéo.

Tips 2 : Comment motiver l’internaute à cliquer sur la vidéo ?

Une fois votre vignette décrochée, le plus dur reste à faire : attirer le clic ! Pour cela, on reste focus sur l’essentiel :

  • Le titre : engageant impérativement. L’approche « comment faire » est toujours gagnante…
  • La vignette et surtout l’image du thumbnail : accrocheuse, interrogative, drôle… Misez sur l’émotion pour susciter l’action.
  • La description : claire, précise, engageante et évidemment optimisée avec vos requêtes cibles. La règle des 5W  vous aidera à trouver les arguments.

 

Tips 3 : qu’est ce qui fait une vidéo à succès ?

Parfois, le buzz tient à peu de choses. Un détail mal calibré, un message trop long, une idée qui ne transparait pas immédiatement et, c’est le flop.

Quelques astuces pour que votre vidéo serve votre SEO :

  • Suscitez la curiosité, avec un titre engageant. L’A/B testing est votre allié pour trouver la meilleure formule.
  • Entrez immédiatement dans le vif du sujet. Une intro trop longue, un visuel peu attractif, puis l’internaute décroche… Et tous vos efforts tombent à l’eau !
  • Optez pour des contenus impactants : scoop, interview exclusives, actualité, … Soyez drôle, innovant, sur le coup !
  • Mettez vous à la portée de l’internaute : que souhaite-il voir ? Savoir ? Regarder ?
  • Mesurez votre taux de clic et évaluez la rétention durant la vidéo : des indicateurs qui ne mentent pas et vous permettront d’affiner votre approche.
  • Relancez ! Votre première tentative n’a pas rencontre le succès escompté. Recommencez, en tenant compte de ces quelques astuces. La viralité a plusieurs vies !

Besoin d’un avis, d’un conseil ? Les experts JVWEB sont à votre écoute.

Twitter : cap sur l’e-commerce avec un bouton d’achat « Buy Now »

twitter-buynow

Alors que Twitter est, désormais, l’un des vecteurs où se répandent le plus rapidement  infos et intox, cette semaine, le réseau social lui même se trouve au cœur du débat. En cause, l’arrivée potentielle d’un bouton « Buy Now », comprendre Acheter Maintenant, possible levier de monétisation pour ce géant du net, qui avance les poches vides – ou presque.

Twitter, beaucoup de bruit pour rien ?

Connu du geek passionné comme de la ménagère de moins de cinquante ans, et ce à grands renforts de coup de projecteurs médiatiques, Twitter fait désormais figure d’incontournable pour qui souhaite informer, partager, cancaner en temps réel. Multithématique, le réseau social rassemble aujourd’hui, quelques 255 millions d’utilisateurs actifs à travers le monde.

Une manne financière extraordinaire, que le réseau social a pourtant bien du mal à monétiser. Soutenu par des investisseurs, Twitter affiche au premier trimestre 2014, 226 millions de dollars de chiffre d’affaire. Et, 132 millions de perte. Une situation à laquelle le réseau social est prié, par ses souteneurs, de trouver une solution.

Twitter, une stratégie de monétisation axée mobile

Afin d’inverser la tendance, Twitter affiche, depuis quelques mois, ses ambitions en matière de développement mobile et tablette. Pour preuve, une série d’investissements orientés vers la mobilité.

La régie publicitaire mobile MoPub, d’abord. Puis, plus récemment, la start up Tap Commerce, qui s’est donnée pour mission de relancer l’activité des applications. Pour cela, deux axes retenus : inciter les smartnautes à réactiver leurs applis laissées à l’abandon via une série d’incitations ; leur recommander d’autres appli répondant à leurs intérêts, analysés via l’historique de navigation.

Bouton Buy Now, nouvelle fonctionnalité ou rumeur ?

Parallèlement, Twitter teste de nouvelles fonctionnalités. Repéré il y  a quelques jours par le site Recode, un bouton Buy Now, au sein d’un tweet, depuis l’application mobile, aux US. Linké vers le site e-commerce Fancy, ce bouton mènerait à la page produit, puis une page d’achat intégrée. L’expérience n’ayant pu être reconduite, et la direction de Twitter refusant de confirmer, le suspens reste entier.

Néanmoins, cette initiative s’inscrirait dans la lignée du partenariat noué avec Amazon. L’internaute, muni du #AmazonCart, verrait le produit nommé directement placé dans son panier, pour règlement sur Amazon. Twitter ne recevrait pas de commission pour cette transaction.

Un bouton Télécharger, qui permet aux users d’installer de nouvelles appli sans même faire un détour par l’App Store ou Google Play, serait également  en test aux Etats Unis, en partenariat avec Spotify. A suivre…

Crédit Photo : Recode.net

Google Knowledge Graph passe en mode tuto

Vous avez la question, nous avons la réponse… Voici comment Google pourrait promouvoir la nouvelle fonctionnalité de son Knowledge Graph, repérée sur la version US du moteur de recherche. A prévoir rapidement sur sa déclinaison française, l’affichage de mini guides pratiques, apportant une réponse immédiate à l’internaute. Exploration.

Google Knowledge Graph : l’information, étape par étape…

Régulièrement enrichi, le Knowledge Graph de Google se voit, une fois encore, attribué une nouvelle fonction. Désormais, le moteur propose aux internautes, une réponse, sous forme de mini tutoriel aux questions de type « Comment faire… ».

Disponible uniquement aux Etats Unis pour le moment, cette fonctionnalité déroule un bloc dédié, proposant une réponse étape par étape. Sous forme de liste à puce, l’information est livrée directement sur le moteur. Un complément d’information est parfois proposé sous l’intitulé « X more Items », proposant un lien vers le site source.

L’astuce Knowledge Graph : débuter vos requêtes par le mot clé « How to ». Ce sésame vous ouvrira les portes de la réponse instantanée. Pour le moment, les sujets traités se veulent très pratico-pratiques, comme le montrent ces exemples partagés par Search Engine Journal.

Pour cause, cette typologie de contenu se traite aisément sous le format pas à pas.

make-french-toast-steps-google
google-how-to-reset-iphone

Quand le Google Knowledge Graph gagne du terrain…

Comme souvent, ce type d’annonce donne lieu à une double lecture, entre croyants et pratiquants !

Pour l’internaute :

  • Une réponse instantanée, sans avoir à parcourir de multiples pages.
  • Une information structurée
  • Des pistes pour trouver un complément d’informations
  • Une proximité avec le moteur, « facilitateur de quotidien »…

 

De l’autre coté de l’écran, certains éditeurs portent un regard plus nuancé. Ils y voient surtout :

  • Un contenu produit par leurs soins et réexploité gracieusement par Google
  • Un taux de clic qui va inévitablement s’effondrer sur ce type de requête
  • Un lien vers leur site moins visible sur la page
  • Une nouvelle tentative de cannibalisation du trafic par Google

 

Et vous, quel est votre regard sur l’enrichissement du Knowledge Graph ?

Google tenterait-il de s’orienter vers une réponse directe à nos requêtes dans les SERP ?

 

Crédit Photo

Tips JVWEB : des publications Facebook plus performantes !

Facebook

La visibilité est la clé de toute réussite sur le web, nous le savons tous !  Pour atteindre cet objectif, des publications régulières sur les réseaux sociaux sont un outil efficace au service de votre image, comme de votre SEO.  Seulement, dans le flot d’infos qui s’affiche sur les murs virtuels, pas toujours facile de faire la différence ! 6 astuces, extraites de l’étude TrackMaven, afin d’optimiser les performances de vos publications Facebook.

Tips 1 : le weekend, tu publieras !

Publication professionnelle, horaires professionnels… Un réflexe bien naturel mais qui n’est, pourtant, pas le plus pertinent. En effet, c’est, en toute logique, pendant leur temps libre que les internautes surfent sur Facebook.

=> Une publication le dimanche enregistre 25% d’engagement supplémentaire

facebook-engagement-jour

Tips 2 : le matin, tu relaieras !

Même combat quand aux créneaux horaires de publication. Si les annonceurs publient davantage en journée, les internautes font, eux, preuve d’engagement au réveil ! De préférence entre 8 & 9h, à l’heure du premier café derrière l’écran.

=> Réagissez, optez pour la publication automatique !

heure-publications-facebook

Tips 3 : des photos, tu partageras

Partagées par milliers, les photos sont les stars incontestées des publications Facebook, puisqu’elles concernent 88% des mises à jour. En terme d’engagement, publier une photo est 37% plus efficace que du texte. => Boostez votre nombre de partage en jouant sur votre ligne graphique !

photos-publications-facebook

Tips 4 : des accroches longues, tu privilégieras !

Si les annonceurs publient plus volontiers des accroches courtes (moins de 20 caractères pour un tiers d’entre eux), les internautes se montrent, eux, plus réactifs aux phrases plus longues, et donc plus précises. => 180 caractères, sinon rien !

taille-publication-facebook

Tips 5 : A l’action, tu appelleras !

Logique, un post assorti d’un call-to-action enregistre plus d’engagement. En tête des CTA les plus probants : likez, partagez, maintenant… Ca s’était avant ! Désormais Facebook a mis en place de nouvelles règles de partage bannissant ces termes. => Soyez précis, soyez créatifs ! cta-publications-facebook

Tips 6 : Des hashtags, tu ajouteras

A la mode Twitter, Facebook permet depuis quelques mois d’ajouter des hashtags lors des publications. Une option peu utilisée, puisque 83,93% des posts en sont dépourvus. => Mauvaise idée ! 1 ou 2 hashtags associés au post et c’est 60% d’engagement gagné…

hashtag-publications-facebook

 

D’autres astuces ? Partagez les ;)

JVWEB forme les agences emarketing

Screenshot-Hangout-Google-partner

JVWEB a été choisi par Google pour participer à l’animation du programme Google Partner Academy.

A l’ordre du webinar du jour: Google Analytics et l’analyse de site web.

Rendez-vous à 14h pour suivre en direct ce webinar présenté par Aymerik Bouchacourt, Directeur d’Agence chez JVWEB , et lui poser vos questions en direct !

Pour accéder au webinar et rejoindre déjà plus de 250 inscrits, suivez nous sur Twitter le lien sera disponible dans l’heure du midi !

 

4 modules seront présentés lors de cette conférence en ligne:

1-Introduction à l’analyse de sites web (web analytics)

Comprendre le principe de l’analyse de sites

Démontrer à vos clients la valeur des services liés à l’analyse de sites web

2-Bases de Google Analytics et découverte de l’interface

Fonctionnement de Google Analytics, création d’un nouveau compte, repérage au sein de l’interface de consultation des rapports

3-Rapports de Google Analytics: Analyse du contenu

Tirer parti de l’analyse des résultats dans Google Analytics pour comprendre comment nos visiteurs s’engagent et circulent à travers nos sites Web.

4-Suivi des conversions dans Google Analytics

Définir les objectifs et les types de conversions

Utiliser les objectifs d’URL de destination

Utiliser les événements comme objectifs

Utiliser le commerce électronique

 

Vous souhaitez participer à davantage de webinars sur les bonnes pratiques Google et aider votre agence à obtenir le badge Google Partner ? Prenez contact avec l’équipe JVWEB.

Le mobile, au cœur du parcours d’achat client

Alors qu’une étude prévoit un doublement du nombre d’appels vers les entreprises d’ici 2018 aux Etats Unis, les clients semblent toujours plus en demande d’un accès direct. Pour optimiser tous les canaux de conversion et ne plus manquer d’opportunités, optez pour une campagne de liens sponsorisés, avec option Extension d’appel. Décryptage de la transformation mobile.

Générer davantage d’appels via Google Adwords

Afin de répondre à un usage croissant du téléphone dans le tunnel de conversion, Google propose aux éditeurs d’enrichir leurs annonces Adwords de l’option Extension d’appel. Objectifs : créer un point de contact immédiat, tout en apportant une information immédiate.

Selon le support utilisé par l’internaute durant sa navigation, l’extension d’appel propose un rendu différent, plus ou moins orienté Drive To Store. Ainsi :

  • sur smartphone : bouton d’appel est directement mis en avant
  • sur PC et tablettes : affichage du numéro de téléphone, non cliquable

extension-appel-adwords

Disponible sur le réseau search  et display, cette extension Google Adwords dédiée à la génération d’appels téléphoniques est entièrement paramètrable. Ainsi, vous pouvez, par exemple, programmer son utilisation uniquement durant les plages horaires où vos conseillers sont joignables.

A noter : cette option n’est, pour le moment, pas disponible dans le cadre des actions de remarketing.

Mesurer les conversions issues des appels téléphoniques

Qui dit contact téléphonique, dit rupture du tracking… Pour palier à cette faiblesse et mesurer le retour sur investissement de votre campagne de liens sponsorisés dédiés à la conversion téléphonique, Google propose une solution technologique. Ainsi, un numéro de transfert, le call metrics, mesure les appels émis et comptabilise leur durée.

Compatible avec l’outil de gestion automatisée des enchères, le call metric permet d’évaluer les performances depuis différentes sources. Ainsi, il est par exemple, possible de :

  • définir plusieurs schémas de conversion en fonction du temps d’appel
  • attribuer une valeur à chaque chemin de conversion
  • s’appuyer sur la gestion automatisée pour optimiser sa stratégie d’enchères ( Objectif de retour sur les dépenses publicitaires)

call-metric

Adwords : configurer l’extension d’appels

Déjà utilisée par 70% des internautes, l’option Click To Call entraine une augmentation du taux de clic entre 6 et 8%. Afin d’exploiter pleinement ce levier, configurez l’extension d’appel Google en toute simplicité.

Depuis votre interface Google Adwords :

  • sélectionnez votre groupe d’annonces cible
  • rendez vous sur Extensions d’annonces, puis Afficher Extensions d’appel
  • renseignez votre numéro de téléphone, en cliquant sur « +Extension », puis « + Nouveau numéro de téléphone ». Associez également votre pays d’origine.
  • enfin, configurez les dernières informations à afficher en sélectionnant diverses options : couplage url du site et numéro de téléphone, affichage uniquement sur mobile, utilisation du numéro de transfert Google, restriction des plages horaires…

motif-appel-google

Besoin d’un conseil pour optimiser vos conversions par téléphone ? Contactez l’équipe JVWEB, spécialiste Google Adwords

En savoir plus sur les parcours d’achat telephone

Google Adwords : l’avènement du ciblage par statut parental…

Dis moi quelle famille tu as, je te dirais comment tu consommes… Afin de proposer des offres toujours plus ajustées aux besoins des consommateurs, Google Adwords décline une nouvelle option de ciblage : le statut parental. Petit guide de promotion à l’usage des éditeurs en recherche de profils familiaux bien définis.

Le ciblage par statut parental, de quoi s’agit-il ?

Comme son nom l’indique, l’option de ciblage par statut parental permet de viser des groupes cibles en fonction de la composition du foyer. Alors que les options de ciblage sont déjà nombreuses, vous avez désormais la possibilité de centrer vos campagnes Adwords autour de trois populations, aux besoins variables :

  • Les parents
  • Les sans enfants
  • Les internautes au statut non identifié, nommés les Inconnus

Accessible sur le réseau Display, ce ciblage est présenté parmi les options de ciblage, au même titre que les emplacements, le sexe, l’âge… Y sont évidemment associés un CPC max ainsi qu’un volume d’impressions.

ciblage statut parental indisponible

Le ciblage par statut parental n’est pas encore disponible en France, même si les informations sur les statistiques de ces critères sont disponibles dans Adwords. Il n’est pour le moment réservé qu’à certains annonceurs aux USA et arrivera prochainement en France.

statistiques statut parental

 

Pourquoi utiliser le ciblage par statut parental ?

S’il semble évident que jeunes parents et célibataires ne consomment pas de la même manière, cette composante peut faire une vraie différence pour les annonceurs positionnés sur des marchés de niche.

Parmi les exemples probants, la vente de vêtements d’enfants, de jouets, d’articles de puériculture, dont l’acte d’achat ne concernera finalement qu’une frange de la population. A contrario, voyage en solo ou sorties nocturnes feront plus volontiers parti des préoccupations des acheteurs sans enfant…

Vous l’aurez compris, cette option présente deux avantages majeurs :

  • Optimiser les enchères sur un ultra ciblage. Ex : enchère maximale sur la vente de Barbie, à Noel.
  • Exclure des populations non concernées par votre marché. Ex : Ne pas faire apparaître votre annonce de vente de poussette sur l’écran d’un jeune célibataire fougueux.

Et ma vie privée ?

En s’intéressant à la composition du foyer, Google touche à l’intimité des internautes. Une situation qui interroge, une nouvelle fois, quant à l’utilisation faite des données privées collectées.

Afin de mettre fin aux polémiques, Google précise que les informations utilisées pour l’option ciblage parental proviennent  de la compilation de différentes enquêtes déclaratives. Ainsi, ce serait les internautes, eux même, qui se qualifieraient. Ces données seraient ensuite enrichies en croisant des datas propres aux habitudes de consommation.

Vous souhaitez optimiser vos performances de campagnes en utilisant cette option de ciblage ? Contactez votre expert Google Adwords.

Taux de conversion : le point, marché par marché

Google s’associe à Kantar Media et publie pour la troisième année son « Baromètre sectoriel sur la performance de conversion des sites e-commerce en France. ». Conclusion de cette étude comparative, l’e-commerce a encore de beaux jours devant lui avec une hausse du taux de conversion de 13% par visite en 2013, déjà confirmée sur le premier trimestre 2014. Panorama des indicateurs de transformation, secteur par secteur.

La Mode, un marché crosscanal

Avec une augmentation de 17% du taux de conversion, la mode en ligne affiche de très beaux résultats. En tête du palmarès des conversions, les acteurs multicanaux, adeptes du click and collect, qui enregistrent une baisse du taux de refus de 3%. Coté produit, ce sont les chaussures que les consommateurs plébiscitent le plus.

Les facteurs clés du succès :

  • La simplicité de retour des produits
  • La réduction, voire l’absence de frais de livraison
  • Une offre toujours plus large, et parfois complémentaire à celle présente en boutique
  • Un attrait en boutique, générateur d’une nouvelle opportunité de vente

Seul bémol, le taux de rebond est en constante augmentation (16%), et ce quelque soit la nature du vendeur.

High Tech & Electroménager, les incontournables de la vente en ligne

Produit mature, l’équipement high tech est toujours recherché par les consommateurs. Preuve en est, les taux de conversion les plus élevés du marché : 3,8% par visite et 8,1% par visiteur. En phase de fidélisation client, les acteurs du marché parviennent désormais à attirer également des visiteurs en quête d’informations.

Enregistrant la plus forte hausse du taux de conversion du web, +23%, les sites de vente en ligne d’électroménager ont, eux aussi, le vent en poupe. Certains acteurs parviennent même à combler leur retard, affichant une augmentation insolente de 60% du taux de conversion.

Les facteurs clés du succès :

  • une confiance renouvelée des consommateurs
  • une option click and collect, parfois dans l’heure qui suit la commande
  • une gamme plus large qu’en boutique
  • des tarifs plus attractifs

Ameublement, un réel potentiel de progression

Alors que la décoration cartonne sur le net, l’ameublement reste l’un des secteurs affichant le moins de conversions (1,8%). Toutefois, l’étude confirme une progression de l’ordre de 15% comparativement à 2012, et ce quelle que soit la typologie des vendeurs.

Drive, une seconde chance pour les courses en ligne

Si les supermarchés en ligne peinent à percer, le drive connaît lui un véritable succès :

  • un taux de conversion 10 fois supérieur aux distributeurs alimentaires
  • 29% de conversion par visite
  • 42% de conversion par visiteur unique
  • les taux de rebond, refus et abandon panier les moins élevés du marché

Avec une zone de livraison toujours plus étendue, les supermarchés jouent, avec le drive, la carte de la proximité, un argument qui fait là encore recette.

Voyage, le circuit de vente fait la différence

Secteur star des achats en ligne, le voyage poursuit sa progression avec un taux de conversion en hausse de 20% en moyenne. Une belle amélioration, constatée majoritairement chez les agences de voyage en ligne, dont beaucoup ont réalisé une refonte de leur tunnel de réservation.

Les tours opérateurs, eux, continuent de souffrir de la concurrence et voient leur taux de conversion chuter de 4 points supplémentaires, alors que le taux de conversion peine à dépasser les 0,2%. Avec 97% d’abandon, la vente par téléphone ou en agence reste les canaux à privilégier.

Ces tendances vous semblent-elles en phase avec votre observation du marché ?

performance-conversion

Source : http://content.kantarmedia.fr/BarometreGoogleKantar20140606.pdf

Happy end
13,1%