The head
12,2%
Valuable stuff
74,7%

Blog e-marketing

RSS

Liens sponsorisés : zoom sur les extensions les plus cliquées

Adwords clic

Synodiance révèle cette semaine une étude sur les taux de clic affiliés à une campagne de liens sponsorisés. L’objectif : qualifier l’impact des différentes extensions d’annonces sur le taux de clic des campagnes. Pour réponse, le passage en revue de 1300 campagnes SEA, diffusées sur le réseau Google durant le premier semestre 2014.

# Taux de clic et marque

Sans surprise, l’étude nous apprend que plus une campagne centrée sur la marque est en meilleure position, plus le taux de clic est important.

  • en position 1, le taux de clic avoisine les 20%
  • hors marque, une position 1 assure un CTR de quasi 4%
  • en position 2, sur des expressions hors marque, le CTR est de 2%
  • En 3ème position, on parle de stratégie d’équilibre du ROI avec un CTR à 1,5%. Il est alors parfois plus judicieux de viser la quatrième position, pour un CPC moindre à taux de clic équivalent.

tx-clics-sea-marque

# Taux de clic et sitelink

Le sitelink, l’extension qui permet d’ajouter des liens annexes, est souvent un bon vecteur de clic. Si le sitelink apparaît dans 70% des cas sur les annonces en 1ère position, le CTR de l’annonce est en moyenne multiplié par 2.

En revanche, les liens annexes, en soi, ne sont que peu cliqués, en moyenne 0,65%. L’objectif étant davantage d’obtenir de la visibilité. Le titre reste, lui, l’élément le plus cliqué.

# Taux de clic et extensions

Comme évoqué régulièrement sur ces pages, les extensions des annonces Google Adwords servent une multitude d’objectifs. Affichant des résultats sensiblement différents d’une extension à l’autre, elles ont malgré tout un point commun : plus l’extension est visuelle, plus est elle cliquée. Ainsi, on observe que les extensions les plus cliquées sont :

  • le titre (hors extension)
  • l’extension image, qui offre de la visibilité
  • l’extension lieu, qui géolocalise
  • Google shopping, qui valorise les produits disponibles
  • L’extension application, qui fait la promotion de votre appli
  • L’extension sitelink, qui propose des liens complémentaires
  • L’extension d’appel, qui affiche le téléphone et assure le call-tracking
  • L’extension de lieu, qui affiche l’itinéraire avec la map Google

tx-clics-extensions

Vous souhaitez associer de nouvelles extensions à vos campagnes Adwords ? Contactez votre chargé de compte JVWEB

Google Analytics : tirez profit de la saisonnalité !

logo-ga

Riche en données, Google Analytics est un outil précieux pour affiner votre stratégie marketing. On le sait désormais, certains instants sont plus propices aux ventes. Jour de pluie, vacances, Noël et autres fêtes, méteo et saisonnalité sont des variables de taille pour votre chiffre d’affaire. Si Google ne propose pas (encore) de s’appuyer sur la météo, Analytics vous permet tout de même d’identifier les instants à ne pas manquer. 3 questions pour un media planning optimal.

# Question 1 : quel jour vendez vous le plus ?

Qu’il s’agisse de pousser vos meilleures promotions ou affiner la stratégie d’enchères de vos campagnes Adwords, il est impératif d’identifier le jour clé où les ventes sont au plus haut. Si la réponse est dans vos statistiques, sur 2013, Google évalue, sur 2013 que les jours les plus performants sont :

  • le lundi : 73% de transactions supplémentaires
  • le mardi, 80% de transactions supplémentaires
  • le jeudi, 68% de transactions supplémentaires

En parallèle, vous pouvez isoler les jours les plus importants de l’année. Si aux US, le CyberMonday et le BlackFriday sont les jours où les volumes de transaction explosent, l’on sait aussi que la période avant Noel est un vivier important.

A noter, les jours où les transactions sont les plus importantes ne sont pas toujours ceux où il y a le plus de connexions.

# Question 2 : quel mois sont les plus prolifiques ?

calendar-316814_640

Là encore, il s’agit d’affiner votre stratégie d’enchères en misant davantage sur les périodes pleines, quitte à limiter le budget en périodes creuses. Les fêtes de fin d’année représente, là encore, une période phare.

Afin d’analyser les données, appuyez vous sur les taux de transaction au regard du taux moyen de transaction. Ceci vous permettra d’ajuster vos enchères afin de conserver vos meilleures positions, dans les temps forts. En visualisant la courbe des transactions sur l’ensemble de l’année, vous aurez la possibilité de ventiler au plus juste vos budgets de campagnes.

# Question 3 : quelles sont les périodes les moins porteuses ?

A l’inverse, cette méthode vous permet également d’identifier les instants les moins propices à la vente. C’est par exemple le cas des vacances scolaires, hormis pour quelques activités, comme les voyagistes. Là encore, l’outil de comparaison des différentes périodes est un bon indicateur.

En période basse, n’hésitez pas à modifier les paramétrages de vos campagnes. Peut être n’est il pas nécessaire de diffuser à tout heure ? Peut être que certaines requêtes sont à limiter ? Peut être au contraire, qu’il serait de bon ton de pousser une super promotion

Pour un conseil éclairé sur votre stratégie Adwords, votre chargé de compte JVWEB est à votre écoute.

Appli : Google Search et YouTube comme leviers de promotion

referencement-video

Face à des temps de surf toujours grandissant sur tablette et mobile, les applications ont plus que jamais le vent en poupe. Seulement, parfois, le nombre de téléchargements de cet outil mobile laisse un peu à désirer… Une fois encore, Google Adwords est un levier performant pour une communication ciblée, capable de doper vos downloads, tout en faisant la promotion de ses contenus. Explications.

Adwords : une annonce dédiée pour promouvoir votre appli

Qu’il s’agisse de faire connaître votre application ou réactiver ses utilisateurs afin de pousser de nouveaux contenus, Google Adwords vous propose un processus de configuration simplifié pour ce type de campagne : l’option Installation d’applications mobiles.

Via une annonce ciblée, la campagne dédiée à votre application peut être configurée de sorte à n’être proposée qu’aux personnes ne disposant pas encore de celle-ci. Ainsi, à chaque clic, vous avez la possibilité de toucher un nouvel utilisateur. A l’inverse, cette campagne peut intervenir en temps deux, afin de relancer l’attractivité de l’application.

Dans un cas comme dans l’autre, voici les grandes lignes pour lancer une campagne Adwords centrée sur votre application :

  • Créez une campagne sous la typologie « Installations d’applications mobiles »
  • Alimentez votre liste de remarketing, une étape incontournable pour votre première campagne. Ainsi, vous pourrez travailler différent profils : les personnes n’ayant pas utilisé d’appli récemment, les utilisateurs d’une version spécifique, ceux ayant un usage particulier ou encore une combinaison personnalisée, reposant les critères de votre choix.
  • Choisissez votre espace de diffusion : réseau display, réseau de recherche ou YouTube
  • Insérez vos requêtes dans vos groupes d’annonces, en utilisant le générateur de mots clés.

Encourager l’usage de votre appli via Google Search

80% des appli chargées sont utilisées une seule fois. Il est donc impératif de continuer à attirer les visiteurs après le téléchargement. Pour cela, Google propose de placer un lien profond permettant de naviguer, sans intermédiaire, de la recherche Google aux sections dédiées de votre application.

Par exemple, un internaute recherche un restaurant thai dans le 11 ème arrondissement de Paris sur Google. Un lien vers la page recensant ce type d’établissement sur votre appli «lesmeilleursmiam » lui est proposé. Cette fonctionnalité est, pour le moment, disponible uniquement en béta, sur inscription.

YouTube, un levier de promotion à tester

Parce qu’il permet de toucher des internautes à la sensibilité geek, YouTube est un excellent levier de promotion pour vos applications, notamment via le format True View. Revu récemment, celui-ci permet aux annonceurs de cibler par centres d’intérêts (en fonction de l’historique vidéo), mais aussi de critères démographiques.

Pour activer ce levier dans vos annonces Adwords, il suffit simplement d’associer l’ID de votre application à votre campagne True View. Un reporting complet vous permettra d’optimiser au fil de vos performances.

Affiné récemment, ce reporting vous permet notamment de :

  • Comptabiliser le nombre de téléchargements de l’application dans Google Play, assimilé à une conversion
  • Personnaliser vos données de suivi en important les paramètrages relatifs à l’application directement dans Adwords.
  • Utiliser les enchères automatiques. En choisissant le CPA, Google vous place sur l’enchère optimale à chaque fois que cela est possible. Ainsi, plus de conversions et une meilleure optimisation de la campagne

Besoin de visibilité pour votre application ? Faites appel à JVWEB.

Google Adwords, une nouvelle réglementation pour les agences

engagement-adwords

Parce que les annonceurs souhaitant déléguer la gestion de leur compte Adwords à une agence spécialisée en liens sponsorisés, comme JVWEB, sont nombreux, Google impose à ses partenaires un règlement. Outre les conditions d’utilisation des liens sponsorisés, celui ci définit également une charte de bonne conduite à respecter. Mis à jour à compter de novembre, le Règlement Google relatif aux tiers durcit le ton avec les agences Adwords.

Agence Adwords, une obligation de transparence

Afin d’entretenir une relation harmonieuse, Google exige des agences gestionnaires de comptes de faire preuve de transparence avec les annonceurs. En ce sens, Google définit une liste d’informations à partager entre le tiers de confiance et l’annonceur final. Afin de juger du sérieux de votre agence, assurez vous que celle ci vous fournissent les données suivantes.

Premier point, un reporting de vos performances. Celui ci doit notamment mentionner les coûts de vos campagnes mais aussi le nombre de clics et d’impressions. Le total facturable par Google doit également être indiqué, hors frais d’agence. L’annonceur doit également disposer de son numéro de compte ainsi qu’un accès à son compte Adwords.

Concernant la facturation, Google impose de distinguer coûts de la campagne et frais de gestion. Un devis doit être fourni en amont de toutes prestations complémentaires. Enfin, Google fait un focus sur les annonceurs «  petits budget », à qui les agences se doivent de leur distribuer un avis de divulgation « Collaboration avec un partenaire tiers ».

Google fait la chasse aux agences trompeuses…

Fort des abus constatés par certains « professionnels », Google communique également à ses partenaires une liste d’interdits. Ainsi, il est vivement déconseillé de se prêter à des déclarations trompeuses, apparentées à de la publicité mensongère.

Quelques exemples :

  • Se prétendre affilié à Google
  • Garantir de meilleures positions ou un affichage systématique des annonces
  • Biaiser le mode de calcul des coûts Adwords
  • Offrir des clics à volonté
  • Faire passer sa certification Google par un tiers
  • Monétiser un avoir Google
  • Exercer une pression sur un annonceur
  • Mutualiser plusieurs annonceurs sur un compte unique
  • ….

Des pratiques qu’il ne devrait pourtant pas être utile de définir dans une relation BtoB.

Et JVWEB alors ?!

Evidemment concerné par la mise à jour du règlement, nous sommes pourtant déjà dans le droit chemin ! Partenaire certifié Google, JVWEB s’engage auprès de ses clients à respecter les règles de bonne conduite et faire preuve de transparence.

Chaque fin de mois, votre chargé de compte vous transmettra un reporting complet et personnalisé selon vos besoins. Quant aux promesses inatteignables, elles sont proscrites puisque c’est ensemble que nous définissons votre stratégie de publicité Adwords. En ligne de mire, des objectifs réalistes.

Partenaire de confiance, JVWEB conseille les grands comptes sur leur stratégie Adwords depuis plus de 10 ans. Contactez-nous !

Source: https://support.google.com/adwordspolicy/answer/6086450

Formation JVWEB : Première session Parisienne du 19 au 23 janvier 2015 !

Formation JVWEB Paris

Forte du succès rencontré à Montpellier pour le lancement de JVWEB Formation Inter-entreprises, l’équipe prendra ses marques à Paris du 19 au 23 janvier 2015. Au programme, une semaine pour revisiter les basiques du webmarketing et combler vos lacunes. Découverte de cette formation, qui rencontre déjà un véritable engouement chez les professionnels.

JVWEB Formation Inter-entreprises, une semaine de cours à la carte

Un nom compliqué pour un concept simple ! JVWEB dispose le temps de 5 sessions dédiées d’une équipe de professionnels pour suivre les modules qui vous intéressent et uniquement ceux-ci.

Réunissant dans un lieu sympathique, des pro du web venus suivre des sessions à la carte, JVWEB Formation Inter-entreprises vous permet d’ajuster votre programme, tout en enrichissant votre réseau. Une journée ou une semaine, c’est vous qui décidez !

Formation JVWEB, une session réservée aux parisiens

Du 19 au 23 janvier 2015, concrétisez vos bonnes résolutions et venez parfaire vos connaissances ! 5 jours, 5 thèmes. Un programme à la carte, dans lequel piocher.

Pour cette première session parisienne :

  • Lundi : Maitriser vos basiques Adwords (débutants)
  • Mardi : Nouveautés et outils avancés Adwords
  • Mercredi : Analytics, le secret des statistiques !
  • Jeudi : SEO, mise à jour des règles à connaître
  • Vendredi : Rédiger pour le web, atelier d’écriture

Pas de budget ? Pensez au DIF, la formation JVWEB peut ainsi être financée jusqu’à 100%. Plus d’excuse ?! On vous attend… Réservez vos places dès maintenant, celles –ci sont limitées.

Retrouvez toutes les informations pratiques sur http://www.jvweb-formation.fr/

 

Google : Penguin 3.0, l’invité du weekend…

Ninja penguin

Attendue par certains, redoutée par d’autres, la sixième mise à jour du filtre Penguin 3.0 a été lancée ce weekend par Google. Destinée à épurer des SERP des sites abusant des techniques de référencement, cette mise à jour n’avait pas été effectuée depuis plus d’un an. Quid des informations disponibles pour l’heure…

Penguin 3.0, la mise à jour de l’algorithme…

Espérée depuis plus d’un an par les éditeurs impactés en 2013, la dernière mise à jour du moteur Google est enfin effective. Si peu d’informations sont pour le moment disponibles, quelques experts se risquent pourtant à de premières affirmations. Ainsi, ce serait environ 1% des requêtes qui seraient impactées.

A la différence de Panda, qui vise la qualité des sites indexés, Penguin est davantage tourné vers les techniques SEO utilisées. Ainsi, l’an passé, ce sont les sites trop généreux en backlinks de mauvaise qualité qui ont été déclassés. Aucune des actions de corrections apportées n’a, d’ailleurs, été prise en considération jusqu’ici.

Il y a fort à parier que ce Penguin 3.0 réagisse de la même manière. On sait déjà, fort d’un communiqué Google lors du SMX, que tous désaveux de liens demandés dans les 3 derniers mois ne sera ici pas pris en compte. L’on sait également que le 3.0 symbolise l’arrivée de nouveaux critères de désindexation. Tout reste donc possible !

En ligne de mire toutefois, les sites émettant de faux avis / commentaires, ou du moins considérés comme tels par Google. Décrédibilisés, ces éditeurs pourraient bien voir leur visibilité fondre aussi rapidement que leur quality score.

Penguin, les bons reflexes à adopter…

Avant tout, assurez vous de l’impact de la mise à jour en vérifiant vos positions sur un large panel de requêtes.

Plus largement, afin d’éviter les sanctions associées à Penguin 3.0, il est vivement recommandé de suivre les règles relatives au référencement transmises par Google.

En substance,

  • éviter le keywords stuffing dans vos titres, textes et balises
  • ne saturez pas vos pages de publicité, notamment au dessus de la ligne de flottaison
  • diversifiez vos liens internes et ancres associées
  • réduisez le nombre de backlinks venant de sources polémiques comme les sites de communiqué de presse, les sites hors de vos thématiques, les commentaires, les annuaires…
  • n’achetez pas de liens !

Confirmé par Google le 20 octobre, cette mise à jour promet d’être renouvelée plus fréquemment. A suivre sur le blog de JVWEB, votre agence spécialiste Google.

Infographie Déguisement Halloween

En cette fin Octobre, JVWEB vous propose une étude sectorielle sur les déguisements d’Halloween.

Le site www.deguisetoi.fr est en tête de liste en SEA et SEO, il bénéficie notamment du badge Google Marchand de confiance, un moyen de gagner de nouveaux clients et d’augmenter son taux de conversion !

Nous noterons sur ce secteur qu’un peu plus de la moitié des annonceurs présentent des extensions de produit, qui semble pourtant être une opportunité de visibilité supplémentaire très importante !

Vous souhaitez une analyse de votre secteur ? Faîtes votre demande ici !

 

JVWEB - Analyse_sectorielle)Deguisement_Halloween

CNIL et Cookies : comment s’adapter à la nouvelle loi ?

cnil-cookie

Résultant d’âpres négociations, la politique de gestion des cookies imposée par la CNIL s’est considérablement durcie. Depuis fin 2013, l’organisme impose aux éditeurs web d’informer les internautes quant à l’usage de ces traceurs. Retour sur une obligation soumise aux contrôles dès ce mois-ci.

CNIL & Cookies : que dit la loi ?

En conformité avec la Loi informatique et Liberté, la CNIL est l’organisme garant du bon usage des cookies auprès des internautes. Depuis fin 2013, l’utilisation de ces traceurs est corrélée à une nécessité d’information et de consentement de l’internaute concerné.

Ainsi, il est désormais obligatoire de donner aux internautes davantage de visibilité sur les informations collectées et sur le principe de collecte. Pour cela, la CNIL impose d’informer les visiteurs sur :

  • L’utilisation de cookies et leur finalité
  • La durée de vie du cookie. Basiquement, 24h ou 30 jours
  • Les moyens disponibles pour l’internaute pour s’y opposer

Cette obligation d’information concerne les éditeurs de :

  • Site web : e-commerce et/ou publication de contenus
  • Application : mobile comme sociale
  • Système d’exploitation
  • Outils : régie publicitaire, mesure d’audience…

Mise en conformité des cookies, comment procéder ?

Forte de ces obligations, la CNIL a proposé fin 2013 une procédure en 2 étapes afin d’accompagner les éditeurs web dans la mise en conformité de leur politique de gestion des cookies.

Temps 1

Lors de la première connexion sur votre site, l’internaute doit ainsi être informé via un bandeau des points énoncés ci dessus, à savoir :

  • La finalité d’usage du cookie,
  • La possibilité de s’y opposer, notamment via une modification des paramètres intégrés au bandeau
  • La poursuite de la navigation sur le site vaut pour acceptation du principe de cookie

Temps 2

Directement liée au temps 1, la seconde phase porte sur la mise en œuvre de ce fameux bandeau. Ainsi, celui ci doit contenir la mention « En savoir plus » / « Paramétrer les cookies », assorti d’un lien pointant vers une page dédiée ou, à défaut, les Mentions légales. Sur cet espace, doit être expliquée la démarche pour refuser l’insertion de cookies.

Que risquent les rebelles du cookie ?

A compter de ce mois, la CNIL  se lance dans une phase de contrôle de cette procédure auprès des éditeurs. Ainsi, seront vérifiés :

  • Le dépôt des cookies, qui ne doit pas intervenir en amont de l’accord de l’internaute
  • Le recueil du consentement de l’internaute et la possibilité de le modifier
  • Le dispositif d’informations relatif aux cookies
  • La durée de vie du cookie : 13 mois maximum

A noter, les contrevenants seront soumis à une amende allant de 150 000 à 300 000 euros, en cas de récidive. A bon entendeur !

Protéger son E-réputation avec EVOALERT

evoalert

Développer sa marque sur le net, c’est aussi l’exposer. Usage de votre nom de marque, concurrence déloyale, mauvaise réputation, les situations à risques sont nombreuses dès lors que vous communiquez sur de multiples supports. Afin d’opérer une veille active et réagir rapidement, JVWEB propose à ses clients un nouvel outil propriétaire, dédié à la protection de votre marque : EVOALERT.

Google Adwords, une politique de protection des marques restrictive

Revue en septembre 2010, la politique de protection des marques opérée par Google dans le cadre de campagnes de liens sponsorisés interdit à un annonceur de s’opposer à l’achat, sous forme de mots clés, de son nom de marque, par l’un de ses concurrents. En résulte, une liberté pour un concurrent de dérouler son argumentaire de vente, sur votre marque. Une pratique, qui convenons-en, peut avoir de lourdes conséquences en matière d’image mais aussi sur vos ventes.

Afin de contourner cette interdiction, il est vivement recommandé aux annonceurs de mener une veille active sur leur nom. Campagne Adwords, référencement  naturel, campagne d’affiliation ou réseaux sociaux, votre marque est exposée de toutes parts. Il est désormais impératif de surveiller, quotidiennement et attentivement, ce qui se dit et se fait sur la toile autour de votre identité, comme de vos concurrents.

Chronophage et fastidieuse, cette tâche peut être simplifiée en recourant à un outil dédié : EVOALERT, un projet développé par JVWEB et soutenu par l’Union Européenne.

15-10-2014 12-11-48

EVOALERT, la techno qui garde un œil sur votre réputation !

Simple d’utilisation, grâce à une interface de gestion bien pensée, EVOALERT est l’outil indispensable pour contrôler au quotidien vos positions ainsi que celles de vos concurrents. Capable d’analyser et stocker les résultats présents sur les pages du moteur, EVOALERT vous prévient par une simple alerte mail dès qu’un évènement imprévu se manifeste.

Qu’il s’agisse de vos campagnes de liens sponsorisés, d’affiliation, de vos offres de produit ou même de votre référencement naturel, EVOALERT vous aide à :

  • démasquer les concurrents qui se positionnent sur votre marque
  • identifier les mots clés sur lesquels ils déroulent leurs campagnes Adwords
  • détecter les défaillances de vos propres campagnes
  • débusquer un affilié qui ne respecte pas la politique de mots clés définie

Capture écran evoalert

EVOALERT, vos campagnes sont sous contrôle !

Connecté à une API, EVOALERT dispose des fonctionnalités de contrôle nécessaires pour fournir à votre service juridique les informations essentielles, en cas de situations conflictuelles.

La première étape consiste à définir les mots clés à surveiller ainsi que les paramètres d’alerte, via une interface de gestion dédiée. Dès lors que le système remarque une anomalie, vous en êtes immédiatement informé via une alerte mail. EVOALERT enregistre les captures d’écran des pages de résultats, mémorisées dans l’historique. Celles ci font office de preuve pour alimenter votre dossier juridique.

Demandez-nous, dès maintenant, votre essai gratuit.

Happy end
13,1%